illustration article nom cécile M.

D’où vient le nom Cécile M. ?

Oui, c’est mon prénom et l’initial de mon nom de famille (jusque là tout va bien, rien de très étonnant…) Mais pourquoi ce nom Cécile M., que sous-entend il pour mon travail ?

Il y a plusieurs raisons à la contraction de mon nom de famille en son initial : phonétique, référence, anonymat.

Une raison d’anonymat

Je suis la fille d’un artiste, dont le pseudonyme était une autre contraction de notre nom de famille. Malgré cela, beaucoup de ses amis connaissaient son nom propre. Notre travail est très différent. Son côté militant, dénonciateur, trash et très décomplexé est à l’opposé de mon travail sur l’amour, la douceur et le quotidien. Quand je me suis lancée, je n’ai pas voulu profiter de son réseau ni être rapprochée de sa personnalité très forte. J’ai voulu tracer ma propre voie !

C’est pour cette raison que le point qui suit le M. est important pour moi, il marque mon nom de famille, que je ne renie en aucun cas. La majuscule est aussi bien sûr la marque de l’initiale.

Une raison phonétique

La lettre ‘M » se prononce comme la conjugaison du verbe aimer. Aime. C’est pour me rappeler à quel point l’amour construit tout. Si je dois avoir un guide : c’est celui là. Je fais ce métier car j’aime le faire et ça change beaucoup de choses. De plus, c’est une valeur très importante pour moi, qui amène avec elle la confiance, le respect, l’honnêteté, et beaucoup d’autres.

Cécile aime, une façon de vous montrer tout mon univers !

Des références dans le nom Cécile M.

Alors oui, M, c’est dur à utiliser en niant le nom d’artiste de Mathieu Chédid ! Il faut savoir que sans être une fan ultime, j’apprécie beaucoup le travail, la poésie, la douceur et le talent de ce chanteur (musicien, compositeur…). Par ailleurs, j’avais en tête la petite chanson ci-dessous en me lançant dans l’aventure avec ce nom.

Cécile M. c’est aussi une micro référence au superbe travail de Marie Aude Murail, auteure française que j’adore et à son héros Serge T.. Héros dont j’ai lu les aventures dans Je Bouquine quand j’étais jeune et qui m’a guidé vers « Oh boy », « Simple », la collection des Émilien ou de Nils Hazard. À lire absolument pour un regard doux, drôle, poétique et engagé sur des thèmes divers.

Par contre, Je ne connais absolument pas le travail d’Agnès B. et en dehors d’une construction similaire, il n’y a pas de point commun voulu !

Voilà, vous en savez plus sur moi, sur ce que j’aime et ce qui se cache derrière le nom que je me suis choisie ! Si vous avez des questions contactez moi ! Pour voir mon travail rendez-vous en boutique.

Laisser un commentaire