Japon [voyage]

Lorsque l’on est rentrés de Nouvelle-Calédonie, on s’est dit avec mon compagnon qu’on allait pas retourner de si tôt de l’autre côté du globe, on s’est donc arrêtés au Japon une dizaine de jours !

Un étape sur le retour pour la France

Que dire à part que j’ai juste adoré ce pays… Nous avons seulement visité Tokyo et Kyoto, on a loupé Osaka, l’estomac ! Moi qui adore manger, j’étais hyper déçue ! Mais ça veut juste dire que je vais être obligé d’y retourner, mince alors !

On a visité la ville électrique, la ville internationale avec des panneaux lumineux partout, des gratte-ciel, des boutiques qui font tout un immeuble ! Je suis rentrée dans un ascenseur où il y avait quand même écrit ; étage x : Snoopy, étage y : Hello Kitty, étage z : Ghibli, et aux autres étages : Star Wars, Le Petit Prince, Disney… Je crois que quand je suis arrivée à l’étage Ghibli, les studios qui produisent Miyazaki et Takahata, « le chateau ambulant », « Mononoké », « Totoro », « Le tombeau des luciolles », je crois qu’à ce moment là mon chéri s’est dit qu’il m’avait perdu. Comment passer d’une poêle calcifer, et rigoler « c’est pas gagné, gagné » puis bêtifier devant une peluche Totoro qui ronfle quand on lui sers la patte. BREF, je n’ai pas du tout explosé mon budget goodies ce jour là ! Du tout !

Mais ce que j’ai aimé aussi à Tokyo, c’est comment on peut passer d’une atmosphère gratte-ciel lumineux, musique, pubs en tous genres sur les grandes avenues, à une atmosphère cosy et tranquille juste en prenant une transversale et en passant dans le quartier résidentiel juste derrière la grande avenue. Soudain, il n’y a plus de trottoir, plus de voiture, quelques vélos et passants et c’est tout. Des petites maisons de deux, trois étages max, des jardins individuels. C’est calme. On passe devant un temple et l’atmosphère change à nouveau, puis on bascule dans un quartier branché où quelques galeries et bars se sont insérés dans le tissu résidentiel, puis pouf on est de nouveau sur une grande avenue qui circule…
À Kyoto c’était drôle mais quand nous nous y sommes rendus c’était pendant une sorte de fête des lumières locale, mais on avait pas fait exprès ! Le soir après le coucher du soleil, les temples et leurs jardins étaient ouverts et mis en lumière. C’est mon plus beau souvenir de là-bas. Ces lumières rasantes sur les jardins de cailloux, les arbres d’automne illuminés, les clairs-obscurs, le calme serein et spirituel.

Souvenirs en vrac

Qu’est ce qu’on a fait d’autre ? On a pris le shinkansen avec ses sièges qu’on peut orienter comme on veut selon si on est en groupe ou en solo et surtout l’autoroute centrale qui sert de couloir où on peut se croiser avec des valises sans soucis (le luxe ! ) On a dormi dans un ryokan, auberge traditionnelle, sur des futons moelleux posés sur des tatamis et avec au petit déjeuner du poisson fumé, du riz et des légumes marinés… Je n’ai pas eu faim avant 13h alors que j’avoue avoir fait l’impasse sur le poisson ! On a assisté par hasard à un bout de mariage en kimono et ombrelles, on a marché dans des parcs au milieu des grattes ciels, on s’est gavés de pâtes, de petits gâteaux (même si en fait ils ne sont pas très sucrés là-bas) et de thé vert, on est allés dans le plus grand marché de poisson du monde, on a pris le passage piéton de Shibuya que l’on voit dans tellement d’animés, « La traversée du temps » par exemple pour ne citer que celui-là !

J’ai ramené sous mes yeux un amour inconditionnel d’une vision personnelle de la discrétion et du minimalisme japonais. Ce pays est le royaume de motifs à la fois simples et complexes, du petit détail qui tient l’ensemble, d’un respect de la nature à contempler et à la fois d’une rigueur hallucinante. Là-bas il est inconcevable de ne pas laisser les gens sortir du métro avant d’y monter, il y a même des dessins au sol pour nous rappeler de ne pas doubler ceux qui étaient là avant. Dans les escaliers il faut monter d’un côté, descendre de l’autre, lors des grandes affluences des gens sont postés sur les lignes et crient sur n’importe qui n’est pas du bon côté ! Quand on est rentrés en France on a fait un détour par Paris, rendre visite à la famille, autant vous dire que cela nous a fait un sacré choc ! Et puis, qu’est ce que le Japon est un pays propre… Les toilettes, les lieux publics, les trottoirs, je me demande ce qu’ils pensent quand ils viennent chez nous et veulent aller aux toilettes dans une station de métro.

Ce voyage au Japon après la Nouvelle-Calédonie a été quasiment initiatique pour nous. Passer d’un pays « casse pas la tête » où lorsqu’on a besoin d’aller aux toilettes en brousse et bien on « va à la nature », atterrir dans un pays où il y a une place pour tout et où la notion de tri des déchets est intégrée jusqu’en dans les résidences d’artistes, pour enfin revenir chez nous et retrouver ce joyeux bordel organisé qu’est notre culture.

Bien sûr à chaque voyage et voyageur sa vision d’un monde. Je suis influencé par ce que j’ai lu, par mon vécu et cette vision du Japon reste une version complètement subjective ! Et vous quel Japon avez-vous rencontré ?

Moi j’ai été complètement influencée pour réaliser mon projet de kimono et c’est pour ça que je continu à voyager d’ailleurs ! Ma destination suivante à été l’Islande.

Laisser un commentaire