Photophores [collaboration]

Pour la fête des lumières de lyon 2016, j’ai réalisé une collaboration avec une amie, Mélanie de l’atelier faucher, nous avons testé la sérigraphie sur verre avec la merveilleuse technique du vitrail !

 

Sérigraphie sur verre

Nous avons sérigraphié un de mes motifs sur du verre avec la même technique que pour les vitraux dans les églises. On s’est bien amusées avec des dégradés et de multiples couleurs. Après il a fallu cuire la grisaille, les pigments qui servent d’encre pour cette technique, sertir et assembler toutes ces faces une par une, un sacré savoir faire ! Sertir consiste à venir prendre les bords des faces de verre dans une bande de métal qui permettra ensuite des soudures et donc des assemblages de plusieurs faces entre elles. Le monde de la 3D commence.

étapes de réalisation

Les étapes pour obtenir le cadre de la sérigraphie sont les mêmes que pour la sérigraphie sur papier ou tissu. Parallèlement Mélanie a découpé toutes les faces de verres des futurs photophores.

Pour pouvoir tirer sans risquer de déchirer le nylon avec les coins des faces nous avons passé quelques minutes à caler les futurs tirages. En installant des cartons de l’épaisseur du verre pour limiter la pression sur les bords et pour aller plus vite en dessinant les emplacements de chaque faces sur une feuille posée sur la table de tirage. De son côté la préparation de la grisaille, ce qui sert d’encre en vitrail, demande aussi une dextérité particulière. Ici nous n’avons pas utilisé de gomme arabique qui risquait de boucher le cadre, juste les pigments de vitrail et de l’eau, mélangés avec application. Nous avons décidé d’un mélange avec une viscosité plus importante qu’habituellement en vitrail, n’utilisant que très peu d’eau.

Ensuite nous avons pu réaliser les tirages comme en sérigraphie normale ! Avec des dégradés et avec la même finesse.

Ensuite on cuit les faces pour fixer la grisaille. Puis Mélanie prend le relais avec son savoir faire, sertissage des bords, puis assemblage des différentes faces grâce à une cale en bois pour gérer les angles.

Et puis c’est fini après toutes ces heures de travail !

Il nous en reste, si vous souhaitez acquérir une de ces pièces uniques, contactez moi ou contactez l’atelier faucher.

Laisser un commentaire