Shibori [technique]

Le shibori est le nom japonais pour une technique ancestrale et internationale. Plus connue en France sous le nom anglais de Tie and dye qui a fait fureur principalement à l’époque hippie, cette technique existe aussi en Asie ou en Afrique où sauf erreur de ma part elle est connue sous le nom d’adire.

En français on parle simplement de teinture à la réserve. Le principe de la réserve consiste à protéger une zone pour qu’elle reste intacte pendant la mise en couleur. En dessin on utilise par exemple le drawing gum pour garder des blancs dans une aquarelle pour ceux à qui ça parlerait ! Différents systèmes permettent de protéger certaines portions du tissu avant la teinture. Après ces zones resteront donc de la couleur originelle du tissu alors que le reste aura pris la couleur de la teinture utilisée.

Mise en œuvre

On peut obtenir des réserves en nouant le tissu avec lui même ou à l’aide de ficelles ajoutées (résultat plus fin), en cousant puis en serrant, en apposant de la cire (technique du batik) ou en pliant ou plissant tout simplement puis en maintenant les plis avec des élastiques, ficelles etc… Ces diverses techniques ont des résultats aussi divers que les personnes qui les utilisent et permettent la création de motifs variés.

On trempe après le tissu préparé dans un bain de teinture. Il existe des kits tout prêt à la main ou en machine dans le commerce. La teinture se fixe uniquement sur les zones laissées à l’air libre et pénètre plus ou moins selon le temps de teinte dans les couches inférieures du tissu. Après il ne reste plus qu’à défaire les coutures, plis, nœuds, rincer et sécher.

J’ai réalisé deux projets de vêtements teints de cette manière, un kimono et un ensemble orbe et kimono. Vous pourrez y voir chaque étapes de la réalisation, couture, nouage, teinture, rinçage…

N’hésitez pas à poser des questions pour de plus amples explications !

Envie de tester la technique ? Nous pouvons discuter des modalités d’un atelier sur Lyon !

Laisser un commentaire